Share Image

ACTUALITÉS

Observatoires nationaux du dividende démographique : un accélérateur de développement dans les pays SWEDD

09 mai 2024

ONDD for Africa's development

En 2017, les dirigeants africains ont uni leurs forces avec un plan audacieux pour débloquer l'immense pouvoir de leur jeunesse. Aujourd'hui, ce plan se transforme en réalité, grâce au projet d'autonomisation des femmes du Sahel et de dividende démographique, connu sous le nom de SWEDD.

En partenariat avec l'UNFPA et la Banque mondiale, SWEDD fait parler de lui dans 12 pays d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale. Grâce à leur expertise technique, neuf pays ont mis en place des observatoires nationaux du dividende démographique, donnant un coup d'accélérateur à leur développement.

 
Regardez la vidéo sur les ONDD dans les pays SWEDD

Les observatoires nationaux génèrent des données vitales pour guider l'élaboration des politiques et surveiller les indicateurs décrits dans le plan d'action de la CIPD sur les dividendes démographiques et sexospécifiques.

Les ONDDs sont essentiels à la mise en œuvre de la feuille de route démographique de l'Union africaine et du plan de la CIPD, ce qui entraîne des changements de politique et une augmentation de l'allocation budgétaire pour le capital humain. Malgré les défis sécuritaires et climatiques, les pays ont fait des efforts importants.

Au Mali, 20 % du budget est alloué à l'éducation et le budget de la santé est passé de 26 % à 28 % en 2021. Au Tchad, le budget alloué à la santé est passé de 4 % en 2017 à 10 % en 2020 En Mauritanie, il est passé de 4 % en 2017 à 5,3 % en 2019. Et au Niger, la part du budget allouée aux affaires économiques est passée à 53 % en 2019.

Les observatoires nationaux jouent un rôle déterminant dans le suivi des progrès accomplis dans la réalisation des trois objectifs transformateurs de l'UNFPA : Zéro décès maternel, zéro besoin non satisfait en matière de planification familiale et zéro violence basée sur le genre d'ici 2030.

D'environ 1 000 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes en 1994, ce nombre a aujourd'hui été réduit de moitié au Mali, en Mauritanie et au Niger.

 

Des efforts ont également été déployés pour répondre aux besoins non satisfaits en matière de planification familiale moderne, ce qui a entraîné une réduction notable.  Ces progrès sont louables, mais des défis subsistent notamment au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Tchad, où les besoins restent importants. La prévalence des mutilations génitales féminines en Mauritanie est de 64 %. Et au Niger, 76 % des enfants sont mariés avant l'âge de 18 ans, 70 % au Mali et 67 % au Tchad.

 

L'indice de suivi du dividende démographique sert de baromètre pour évaluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre des stratégies de dividende démographique.

Un soutien durable aux ONDDs est nécessaire pour s'assurer qu'elles continuent à nous guider vers des politiques progressistes et un budget national pour un avenir plus radieux pour la jeunesse africaine.  Nous ne pouvons pas ignorer le travail inachevé de lutte contre les taux élevés de mariages d'enfants et de mutilations génitales féminines (MGF) décrits dans le plan d'action de la CIPD.  Il est crucial d'investir davantage dans le développement du capital humain pour la croissance économique de l'Afrique.

Ensemble, nous avons le pouvoir de transformer les défis en opportunités et de libérer le plein potentiel du dividende démographique sur tout le continent !