Share Image

ACTUALITÉS

L'importance des Observatoires Nationaux du Dividende Démographique pour le développement de l'Afrique mise en avant par un panel de haut niveau

24 mai 2024

banner

1er Mai 2024, NEW YORK - Le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger ont souligné le rôle crucial de leurs observatoires nationaux du dividende démographique (ONDD) lors d'une session de haut niveau de la 57e Commission de la population et du développement. Ils ont présenté des preuves de l'amélioration des taux de rétention scolaire des filles, de l'utilisation accrue de la planification familiale et de la prévention des grossesses chez les adolescentes, parmi d'autres résultats qui changent la vie dans leurs pays. Cette session était organisée par le bureau régional de l'UNFPA pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

Les dirigeants africains sont conscients de la nécessité de relever les défis posés par la croissance rapide de la population, qui devrait atteindre près de 3 milliards d'ici 2060, contre 1,4 milliard aujourd'hui. Pour tirer parti de cette croissance et renforcer l'égalité des genres, ils ont adopté la feuille de route de l'Union africaine, « Exploiter le dividende démographique en investissant dans la jeunesse », à Addis-Abeba en 2017, afin d'accélérer l'Agenda 2063 et le plan d'action de la CIPD.

VIDEO Observatoires Nationaux du Dividende Démographique : Un accélérateur de développement dans les pays SWEDD

Le projet SWEDD a efficacement mis en œuvre cette recommandation de l'UA en créant et en exploitant des observatoires nationaux du dividende démographique (ONDD) dans neuf pays : Bénin, Burkina Faso, Cote d'Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et le Tchad.

L'événement, qui s'est tenu à New York le 1er mai, était présidé par la directrice exécutive adjointe de l'UNFPA (Programme), Diene Keita, qui a salué le projet SWEDD pour la mise en œuvre des recommandations clés de l'Union africaine sur les ONDD. Elle a salué la collaboration entre la Banque mondiale et l'UNFPA, exprimant sa gratitude aux délégations ministérielles du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad pour avoir partagé les progrès du projet.

Parmi les intervenants, Mme Carolyn Shelton, directrice par intérim de la Pratique mondiale de la santé, de la nutrition et de la population (HNP), Région Afrique occidentale et centrale de la Banque mondiale, a réitéré l'engagement de la Banque en faveur des priorités en matière de vulnérabilité et de développement humain. Elle a souligné l'importance de la disponibilité des données par le biais d'observatoires nationaux et a salué la collaboration entre la Banque mondiale et l'UNFPA dans la mise en œuvre des recommandations clés de l'Union africaine.

Mme Binta Diop, envoyée spéciale de la présidente de la Commission de l'Union africaine sur les femmes, la paix et la sécurité, a salué les résultats obtenus lors de l'événement, soulignant leur importance pour l'alignement sur la feuille de route de l'UA sur le dividende démographique. Elle a également souligné la nécessité de s'adapter aux facteurs perturbateurs tels que le changement climatique et les crises sécuritaires afin de consolider et d'intensifier les résultats.

 

CPD57

Des représentants du Mali, du Tchad, du Niger et de la Mauritanie ont partagé les réalisations notables de leurs pays respectifs, en mettant l'accent sur les avancées dans des domaines tels que les soins de santé, l'éducation et l'autonomisation économique.

M. Imirane Abdoulaye Touré, ministre malien de l'urbanisme, de l'habitat, de l'aménagement du territoire et de la population, a mis en avant les principaux résultats obtenus au Mali, notamment la formation et le recrutement de 100 sages-femmes déployées dans les zones rurales, l'autonomisation économique des femmes par le biais de prêts et de subventions ou la formation professionnelle de milliers de jeunes filles et de femmes, ainsi qu'un taux de rétention scolaire de 97 % pour les filles grâce à des programmes de soutien à l'école.

Au Tchad, M. Assouyouti Mahamat Abakar, ministre de l'économie, de la planification du développement et de la coopération internationale, a déclaré que 6 000 chefs religieux avaient été formés pour soutenir les changements sociaux et économiques fondés sur les normes religieuses et culturelles. Le pays a également enregistré plus de 300 000 nouveaux utilisateurs de méthodes de planification familiale.  Par ailleurs, le soutien scolaire apporté à plus de 125 000 filles a permis d'atteindre un taux de rétention scolaire de 98 % et un taux de réussite au baccalauréat de 75 %. Des crédits ont également été accordés à 380 groupements féminins.

 

CPD57

Le représentant permanent de la Mauritanie auprès des Nations unies, Sidi Mohamed Laghdaf, a ajouté que de nombreuses preuves avaient été produites par les ONDD pour soutenir le développement, comme les comptes de transfert nationaux ou la budgétisation sensible au dividende démographique.

Il a ajouté qu'en Mauritanie, SWEDD avait augmenté le nombre de sages-femmes et les stratégies de maintien des sages-femmes dans les zones rurales et apporté un soutien éducatif et économique à des milliers de bénéficiaires, ainsi qu'un soutien au développement des compétences nécessaires à la vie courante pour des milliers de jeunes filles.

Des succès qui changent la vie ont également été remarquables au Niger, où le taux de rétention scolaire a atteint 88 % selon le représentant permanent du Niger auprès des Nations unies, Yaou Sangaré Bakary. Il y a eu une augmentation de la scolarisation des filles qui avaient abandonné l'école, une réduction des ruptures de stock de produits de planification familiale de 17% à 2% et une augmentation de l'utilisation des produits de planification familiale par le biais de la distribution au niveau de la communauté.

Coulibaly Mariam MAIGA, ministre malienne de la promotion de la femme, de l'enfant et de la famille, s'est penchée sur l'impact du projet SWEDD sur la lutte contre la violence sexiste et les pratiques néfastes. Elle a souligné les initiatives en faveur de l'intégration de la dimension de genre et la création de centres spécialisés dans les besoins des femmes, ainsi que l'adoption d'une législation promouvant l'égalité entre les hommes et les femmes.

La session a également souligné les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs fixés par la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) 30, qui comprennent la promotion de la santé et des droits génésiques, l'accès universel aux services de santé sexuelle et génésique, et la promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes. En présentant les progrès réalisés dans ces domaines, l'événement a démontré l'engagement des pays SWEDD à réaliser les objectifs de l'agenda de la CIPD.

 

CPD57